Hervé Télémaque, une oeuvre pop et mystérieuse !

Le Centre Pompidou consacre, pour la première fois, une rétrospective à l’artiste franco-haïtien Hervé Télémaque. Qui peut deviner que derrière cette oeuvre pleine de couleurs, se cachent de nombreux messages engagés ?

Hervé Télémaque Convergence« Convergence »(1966), un diptyque, mix de souvenirs haïtiens, représentations féminines et figures qui l’ont marqué d’André Breton à Jerry Lewis, mais aussi une allusion à la révolte des noirs.

L’oeuvre d’Hervé Télémaque, relativement méconnue, se révèle passionnante tant par le style que par sa portée. Né en 1937 en Haïti, il quitte l’île à l’âge de 20 ans pour aller à New-York où il se trouve confronté au racisme. Cette thématique ainsi que l’émancipation des noirs sont au coeur de sa création mais elles sont abordées de manière subtile, joyeuse et colorée ! Des mots et des symboles ponctuent ses oeuvres comme des indices…

Hervé Télémaque My Darling Clementine« My Darling Clementine » (1963), un format étonnant pour un tableau, auto-portrait « nègre mi-cowboy, mi-flibustier » inspiré des comics et de la pop culture. Hervé Télémaque fait une allusion à l’oppression des noirs en évoquant les pubs qui les poussent à lisser leurs cheveux.

Ses tableaux sont autobiographiques; des autoportraits qui jalonnent les périodes de sa vie et qui assemblent ses préoccupations – la sexualité, le déracinement –  des références à des personnages qui l’inspirent – Van Gogh, Duchamp – ou des questions politiques. En 1968-1969, n’arrivant pas à vendre ses toiles, il décide de produire des objets invendables et de se lancer dans la création de « sculptures-maigres » allusion à l’expression des « vaches-maigres » pour évoquer ces années difficiles.

Télémaque, En faisceau la vérité est rouge 1965« En faisceau, la vérité est rouge » (1976) associe un trépied de camping et des coques de fromage hollandais et tend vers le surréalisme.

Le style d’Hervé Télémaque pourrait s’inscrire dans différents courants, expressionnisme, pop art, surréalisme, cubisme sans adopter formellement les codes de l’un ou l’autre. Une liberté d’expression qui se retrouve dans le choix des supports et des techniques : tableaux aux formats atypiques,  dessins, collages, assemblages, installations… Il s’amuse à mélanger du marc de café à la peinture, colle du bois découpé ou écrase du fusain….

Hervé Télémaque 2Avec Confidence (1965), Télémaque souhaite s’émanciper du mur, il ajoute un escabeau qui conduit à une barre d’exercice; une ceinture herniaire apparaît faisant allusion à l’opération qui avait marqué l’arrêt de ses activités sportives plus jeune.

Il reste quelques jours pour découvrir cette oeuvre forte et exigeante; une créativité multiple ponctuée d’humour où pointe parfois l’ironie, entre témoignage et manifeste politique, qui ne laisse pas indifférent !

Hervé Télémaque – Jusqu’au 18 mai
Centre Pompidou – 4ème étage
75004 Paris ( Métro Hôtel de Ville ou Beaubourg)
Tous les jours sauf mardi de 11 h à 21h
www.centrepompidou.fr

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s