Jackie Kennedy, une icône du XXème siècle

La Galerie Joseph Thorigny, en face du Musée Picasso dans le Marais, présente une exposition dédiée à Jackie Kennedy-Onassis. Des photos rares, des lettres et documents retracent ce destin singulier et fascinant.

John & Jackie tennis

John Kennedy et Jackie lors d’une partie de tennis à Palm Beach; les défis
sportifs faisaient partie de l’ADN de la famille Kennedy.

L’exposition « Elle s’appelait Jackie » est signée Frédéric Lecomte-Dieu, spécialiste de la famille Kennedy qui collabore avec les Archives nationales américaines et les archives Kennedy à Boston. A travers 150 clichés, la plupart en noir et blanc, on (re)découvre les différentes phases d’une vie : la petite fille modèle qui a souffert du divorce de ses parents, le destin qui bascule après sa rencontre le 8 mai 1952 avec John Fitzgerald Kennedy, les années à la Maison Blanche, son remariage avec l’armateur grec Aristote Onassis puis la dernière période new-yorkaise, plus apaisée avant sa mort en 1994.

Cape Cod 1953 John et Jackie Kennedy à Cape Cod en 1953, l’année de leur mariage.

Si les grandes lignes sont connues entre tragédies et rares instants de bonheur, l’exposition fourmille d’anecdotes; une partie de Monopoly disputée lors de leur première rencontre où elle impressionnera le futur Président des Etats-Unis, une Jaguar décapotable qu’elle lui offrit pour leurs fiançailles mais que John Kennedy renverra à la concession, ne souhaitant pas s’afficher avec des objets de luxe pour son image. On apprend également que cette femme qui fut l’une des plus photographiées de son époque et souvent harcelée par les paparazzi, adorait lire les articles la concernant et faisait acheter les magazines par des proches !

Elle s'appelait jackie Andy Warhol

En janvier 1964, Andy Warhol présentant les dernières toiles consacrées à Jackie Kennedy réalisées à partir de la photo de la First Lady arrivant à Dallas le 22 novembre 1963, quelques heures avant l’assassinat du Président.

La reproduction de la robe de mariée de Jackie Kennedy par la maison Digamesi y est également présentée; acte politique, elle avait fait appel à Ann Cole, une couturière noire d’Alabama – l’un des Etats les plus marqués par la ségrégation- pour la confectionner. Autres pépites : des lettres manuscrites de Jackie, des brouillons de JFK, la correspondance avec André Malraux, Nixon, Eisenhower ou Martin Luther King…

Jackie John JaguarJackie avait offert une Jaguar décapotable à John Kennedy pour leurs fiançailles.

Cette exposition atypique se déroule presque dans une atmosphère de recueillement. Une plongée émouvante dans l’une des pages de l’histoire américaine qui suscita le plus d’espoirs.

Elle s’appelait Jackie ! Jusqu’au 26 mai 2015 – Plein tarif, 8€
du lundi au dimanche de 10h à 19h, jours fériés compris.
Galerie Joseph Thorigny
4, place de Thorigny
75003 Paris (Métro Saint-Paul, Chemin Vert)
www.galerie-joseph.net

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s