Erwin Blumenfeld, un aventurier de la photo…

Le musée du Jeu de Paume consacre une rétrospective au photographe américain d’origine allemande, Erwin Blumenfeld. Ses clichés mode sont les plus connus mais il passa 50 ans à tout expérimenter en mode surréaliste.

Erwin Blumenfeld Do you part for the Red Cross 1945

Do your part for the Red Cross (Soutenez la Croix-Rouge),
Variante de la photographie de couverture de Vogue US, 15 mars 1945
© The Estate of Erwin Blumenfeld

Il y a deux phases dans l’oeuvre d’Erwin Blumenfeld. La première est européenne; juif allemand, né à Berlin, son parcours épouse les tourments de l’époque. il rejoint le courant dada et s’adonne à des collages/montages, éléments qui se retrouveront dans ses effets photographiques plus tard. Il s’installe aux Pays-Bas au début des années 1930 où il réalise de très beaux portraits… Il part à Paris en 1936 où il poursuit l’exercice puis réalise des séries de nus s’inspirant du surréalisme; le sujet n’apparait jamais en entier, les cadrages sont étonnants. La montée du nazisme ponctuera ses créations d’accents tragico-comiques à l’image de sa vie.

Lisa Fonssagrives sur la Tour Eiffel 1939

Lisa Fonssagrives sur la Tour Eiffel Paris,1939
©The Estate of Erwin Blumenfeld

La seconde phase correspond à son émigration aux Etats-Unis en 1941 où il deviendra le photographe de mode le connu de son époque. Travaillant pour le groupe Condé Nast, il réalisera des centaines de couverture pour Vogue ou Harper’s Bazaar. Il introduit la couleur dans la photo de mode et multiplie les effets optiques expériementés pendant ses années européennes : superposition de négatifs, collage, montage, solarisation (inversion de tons), expositions multiples…

Erwin Blumenfeld 3 profils 1952

Trois profils. Variante de la photographie parue dans l’article « Color and lighting »
(Couleur et éclairage), 
de Photograph Annual, 1952
©The Estate of Erwin Blumenfeld

Cette rétrospective passe en revue la palette des techniques innovantes qu’Erwin Blumenfeld a appliquées à ses prises de vue. Elle met également l’accent sur le cheminement du photographe plus que sur la partie mode à laquelle une petite salle – la dernière – est consacrée. Reste l’impression d’une oeuvre aux multiples facettes et d’une incroyable modernité !

Autoportrait 1928

Autoportrait en photographe du dimanche Zandvoort, Hollande, 1928.
New York, Collection Yvette Blumenfeld Georges Deeton / Art+Commerce, Berlin,
Gallery Kicken Berlin 
© The Estate of Erwin Blumenfeld

Erwin Blumenfeld (1897–1969). Photographies, dessins et photomontages, jusqu’au 26 janvier 2014
Musée du Jeu de Paume
1, place de la Concorde, 75008 Paris (Métro Concorde)
www.jeudepaume.org 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s