Julio Le Parc, l’art cinétique en mode fun !

Le Palais de Tokyo consacre la première exposition d’envergure en France à l’artiste argentin Julio Le Parc; il était temps! A 84 ans, ce maître de l’art visuel s’amuse toujours autant et nous amuse!

L’art perceptuel ou l’interactivité avec le spectateur

Julio Le Parc - Palais de Tokyo

Julio Le Parc, Sphère Rouge 2001-2012  ©aladyinthecity

L’artiste qui est une figure historique de l’art cinétique, cultive à merveille un esprit ludique et accessible… Il suffit de voir les adolescents et les enfants s’amuser avec ses oeuvres interactives. Punching-balls à l’effigie d’un écrivain, d’un député, d’un directeur, que l’on boxe allégrement…fléchettes à tirer sur son tableau évoquant une cible…sol instable constitué de dalles en bois sur lesquelles on se juche, produisant un son proche du flamenco… Les créations de Julio le Parc sont un festival fun d’une incroyable fraîcheur!

Julio Le Parc 3 Palais de Tokyo
Julio Le Parc – Séries – Ces tableaux évoquant des cibles produisent un effet
hypnotique sur le spectateur – Palais de Tokyo ©aladyinthecity

Le propre de l’art cinétique est de comporter des éléments en mouvement, produits par le vent, le soleil, un moteur ou le spectateur… Julio Le Parc va encore plus loin puisqu’il joue sur le déplacement du visiteur, qui selon sa position, va créer une nouvelle oeuvre par sa perception. Sa maîtrise de la lumière, des formes, des couleurs et des matières générant des oeuvres inattendues.

Un artiste original épris de liberté

Julio Le Parc Palais de Tokyo 5

Julio Le Parc – Déplacement du spectateur
 Oeuvre en bois, pans de miroir et plexiglas. Palais de Tokyo ©aladyinthecity

Au-delà de la dimension ludique, les oeuvres de Julio Le Parc expriment un besoin de liberté. Né à Mendoza en Argentine, il arrive en France en 1958 en tant que boursier du gouvernement français et devient l’assistant de Vassarely. Dans les années 1960, il cofonde le GRAV – Groupe de recherche d’art visuel – avec Horacio Garcia Rossi, François Morellet, Francisco Sobrino, Joël Stein et Yvaral; un véritable manifeste pour sortir l’art de ses références classiques et le spectacteur de son rôle contemplatif pour devenir partie prenante de l’oeuvre.

Julio Le Parc Palais de Tokyo 4

Julio Le Parc, cellule à pénétrer adaptée à partir du labyrinthe GrAV de 1963,
Lampe, acier et fil de nylon – Palais de Tokyo ©aladyinthecity

Il fut expulsé de France en mai 1968 pour sa participation aux manifestations. Défenseur des droits de l’homme, il lutta contre les dictatures d’Amérique Latine. Personnalité originale, il refusa en 1972 une rétrospective au Musée d’Art moderne de la Ville de Paris en la jouant à pile ou face !
Cette exposition nous fait enfin découvrir toutes les dimensions de cet artiste détonnant; une expérience onirique dont on ressort de bonne humeur et léger !

Julio Le Parc – Jusqu’au 13 mai 2013
Palais de Tokyo
13, avenue du Président Wilson – 75 116 Paris (Métro Alma Marceau)
http://www.palaisdetokyo.com/

Site de Julio Le Parc:
http://www.julioleparc.org/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s