Les nénuphars colorés de Daniel Buren pour Monumenta 2012 !

Monumenta a invité pour cette édition 2012, l’artiste français Daniel Buren, à transformer la Nef du Grand Palais. Un défi artistique réussi où le visiteur perçoit une oeuvre variable selon les angles, la lumière ou les couleurs !

Une création In Situ, un défi monumental

Des cercles en plastique colorés soutenus par 1500 piliers aux bandes
noires et blanches, la signature de l’artiste.

Monumenta est une expérience unique au monde. Depuis 2007, le Grand Palais convie un artiste à relever le défi monumental d’habiller son bâtiment majestueux de 13 500 m² culminant à 45 mètres de hauteur… Après Anselm Kiefer, Richard Serra, Christian Boltanski et le phénoménal Anish Kapoor, c’est au tour de Daniel Buren de revisiter la Nef.
Un exercice en adéquation avec l’approche de l’artiste qui affectionne le travail In situ, à savoir créer en fonction des lieux. Ses oeuvres interrogent les espaces qui les accueillent : les fameuses colonnes rayées de la Cour d’Honneur du Palais Royal à Paris ou l’habillage du Musée Guggenheim à New-York…

Une expérience onirique

L’oeuvre baigne dans une ambiance vert Réséda, propre au Grand Palais.

Lorsque l’on pénètre dans le Grand Palais, on est submergé par les couleurs et par leur reflet formant une poudreuse au sol… Le regard se perd à l’infini dans cet espace nimbé de vert Réséda. Les disques se déclinent en 4 coloris : rouge, vert, bleu et jaune.
Daniel Buren a choisi le cercle, une forme que l’on retrouve dans l’architecture de l’édifice : les arcades, la coupole, les escaliers, la fosse… Des miroirs circulaires au centre, reflètent la rosace bleue de la Coupole et selon les angles, on peut percevoir des morceaux en acier découpé laissant une impression cubiste…

Les interstices entre les cercles peuvent évoquer la Tour Eiffel.

Le Grand Palais est sublimé grâce au spectre de couleurs qui filtrent la lumière. Selon l’heure à laquelle vous visiterez cette installation, vous serez surpris par les rendus visuels. Des cercles parfaits peuvent apparaître au sol, évoquant les Nymphéas de Monet…
Avec la couleur, la lumière est l’élément essentiel de cette oeuvre, jouant avec les matériaux, les formes et les ombres, proposant des effets réfléchissants ou translucides…
Une bande sonore écrite par Daniel Buren mixant des sons et les noms des couleurs en 37 langues, complète cette expérience multi-sensorielle.

Le cercle, une forme omniprésente dans l’architecture du Grand Palais,
ici en miroir avec la rosace de la Coupole.

Cette exposition offre une perspective inédite du Grand Palais.  Une oeuvre unique et éphémère dont la perception varie à chaque instant.
Dans cet esprit, les visiteurs peuvent photographier l’installation et envoyer leurs clichés au site de l’évènement. On est alors frappé par la multitude des rendus visuels, chacun recomposant l’oeuvre de Buren à sa manière !

Pour envoyer vos photos :
photo@monumenta.com

Excentrique(s), Travail in Situ
Monumenta 2012- Daniel Buren – Jusqu’au 21 juin 2012
Grand Palais -av. du Général Eisenhower -75008 Paris (Métro Franklin Roosevelt)
http://www.monumenta.com/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s