L’art du camouflage

Le rêve de l’homme invisible ? Plusieurs artistes contemporains s’amusent à se dissimuler parfaitement dans le paysage… Une prouesse artistique au service d’un message engagé…

Liu Bolin, figure emblématique de l’art du camouflage

Hiding in New-York n°3 – © Liu Bolin – Artnet

Liu Bolin se met en scène, se photographie, tout en se dissimulant… Recouvert de peinture, sa silhouette épouse parfaitement les motifs du paysage… Né en 1973, cet artiste chinois se fond dans le décor pour mieux dénoncer ce qu’il photographie : un rayon de supermarché pour stigmatiser la société de consommation, un kiosque à journaux pour attirer l’attention sur le flot d’informations et d’images qui nous submergent…

Liu Bolin, souhaite axer son art sur le message plutôt que sur la technique utilisée. Sa vocation est née d’un épisode douloureux; en 2005, son atelier de sculpture fut rasé par les autorités chinoises dans le cadre d’un plan d’expropriation.

Il se lance alors dans la photographie, et son premier cliché le met en scène au milieu des ruines de son atelier. Depuis, ses séries « Hiding in the City » ou « The Invisible Man » lui ont valu une reconnaissance internationale et il est régulièrement exposé dans le monde.

Desiree Palmen ou l’art caméléon 

Desiree Palmen, une artiste néerlandaise, s’interroge sur la notion de disparition à notre époque. Son art s’inspire de la biologie qui la passionne et du mimétisme que l’on observe dans la faune et la flore…

Park Bank par Desiree Palmen – © Desiree Palmen

Elle se met au camouflage en 1999 en réaction à l’installation de caméras-vidéos à Rotterdam. Depuis, elle décline ce concept dans des lieux sous haute surveillance à l’instar d’une série à Jérusalem… Sur des vêtements en coton, elle peint les éléments du paysage qui lui permettront de se dissimuler parfaitement et d’échapper ainsi à la surveillance des caméras y compris dans les espaces intérieurs.

Dans la nature, le camouflage sert à se prémunir des attaques des prédateurs; ces artistes tentent d’échapper aux contraintes de la société perçue comme une jungle urbaine, dénonçant l’annihilation de l’individu tout en le sublimant en oeuvre d’art.

Liu Bolin – Série Hiding in Italy :
http://www.swide.com/luxury-magazine/Faces/Artists/luibolin/2010/10/25

Liu Bolin – The Invisible Man au Musée de la Photographie de Stockholm (en anglais) :
http://en.fotografiska.eu/The-Museum/Artister/Liu-Bolin

Desiree Palmen :
http://www.desireepalmen.nl/images.php

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s