Andrée Putman, icône du design français

L’Hôtel de Ville consacre une rétrospective à Andrée Putman, devenue Ambassadrice du style à la française après avoir été reconnue aux Etats-Unis. Révélation tardive pour celle qui est devenue l’emblème d’un design classique et épuré…

Une enfance atypique, source d’inspiration

Piano de gala à demi-queue « Voie Lactée » créé pour Pleyel, 2008.
Constellation à l’intérieur du couvercle – Pupitre damier noir et blanc.

C’est une exposition qui donne des éléments pour comprendre l’oeuvre d’Andrée Putman… Les clés d’un parcours singulier que l’on découvre par bribes… Un père banquier et une mère musicienne descendante des Montgolfier, inventeurs du fameux ballon à air chaud ; elle leur rendra hommage par un sac Louis Vuitton Steamer que l’on voit suspendu à une Montgolfière … Elle doit surtout à ses prestigieux aïeux de passer ses étés à l’Abbaye cistercienne de Fontenay en Bourgogne, propriété de la famille, aujourd’hui classée au Patrimoine mondial de l’Unesco… Des heures à observer les secrets de l’architecture romane qui lui donneront le goût du jeu des formes géométriques et celui de la lumière ainsi qu’une inclinaison pour une esthétique sobre. Elle envisagera brièvement une carrière de musicienne à l’instar de sa mère, ce qui lui inspirera plus tard le célèbre piano pour Pleyel qui sera édité en 8 exemplaires.

Le damier noir et blanc, sa signature

La Salle de Bains en damier noir et blanc sans marbre et avec du grès,
un matériau moins onéreux.
Morgan Hotels New-York – 1984.
Photo : Deidi Von Schaewen

Après différentes expériences en tant que journaliste et designer, Andrée Putman lance sa propre agence en 1978 à 53 ans. Elle sera consacrée aux Etats-Unis grâce à l’Hôtel Morgans à New-York, qu’elle redécore entièrement. Elle mettra la Salle de Bains en avant, comme une pièce à part entière. Désormais, le damier noir et blanc deviendra sa signature et la rendra célèbre!

Ce motif emblématique sera décliné en miroir, en tapis, dans les loges VIP du Stade de France. Elle multiplie les réalisations à partir du milieu des années 1980 : les boutiques d’Yves Saint Laurent, Guerlain, Balenciaga, Azzedine Alaia… Elle redécore également les cabines du Concorde en 1993, des institutions et des résidences privées… Ainsi Karl Lagerfeld, visionnaire, lui avait commandé dès 1982, avant son succès, la Salle de Bains noir et blanc pour son appartement à Rome.


On retrouve l’esprit d’Andrée Putman dans cette exposition à l’Hôtel de Ville qu’il faut prendre le temps d’apprécier… On peut y écouter différents témoignages sur son travail notamment le documentaire réalisé par Benoît Jacquot pour France 5, « Une maison à Tanger » en 2004/2005 ; on y voit Andrée Putman, 80 printemps à l’époque, superviser la construction de la maison d’Arielle Dombasle – et de BHL – fan absolue de la styliste… Sa trouvaille : un escalier blanc magistral à l’extérieur de la villa, qui descend le long du rocher pour mener à la mer…

Lorsqu’elle créa son agence, Andrée Putman l’appela ECART car elle se sentait en marge de la scène du design. Elle la renomma ensuite Agence Andrée Putman. ECART, disait-elle, est également l’anagramme de Trace ; assurément son style et sa personnalité en laissent une sur le visiteur !

Andrée Putman – Jusqu’au 26 février 2011 – Entrée libre
Hôtel de Ville de Paris – 5 rue de Lobau – 75004 Paris (Métro Hôtel de ville) 
Tous les jours, sauf dimanches et jours fériés, de 10h à 19h.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s